Le Père André KALONJI est Salésien de Don Bosco missionnaire au Mozambique. Il est revenu au pays, la RDC, pour cinq semaines de vacances. Au pays dans sa province salésienne d’Afrique centrale Maria Assunta, le père André KALONJI a eu la joie de rencontrer sa famille biologique et spirituelle. Avec ses parents, ses frères et sœurs c’était le moment de passer des bons moments dans la chaleur familiale et surtout avec ses parents ce moment était celui de réaliser que leur fils est effectivement en mission ; et que cette mission est sans frontières pour leur enfant. Avec ses confrères salésiens ce moment était celui d’une joie partagée comme lui-même l’a si bien dit en se confiant à l’équipe du Centre La Colombe pour l’interview : « TOUTE PRESENCE EST PORTEUSE DE JOIE. » En cette année 2019, le Père André célèbre ses 25 ans depuis son entrée dans la congrégation de Don Bosco, comme nous le savons le compteur tourne à partir des premiers vœux émis. Il y a aussi 23 ans depuis qu’il est en mission au Mozambique. Dans cette terre de mission il est Directeur dans une école. Et dans sa communauté il est dans un projet de prise en charge des victimes des inondations qui ont eu lieu dernièrement dans sa terre de mission. En tant que salésien il prend aussi une part active dans les moments de joie avec les jeunes à l’occasion de différents évènements de la famille salésienne au Mozambique. Il a enfin célébré ses 17 ans d’ordination sacerdotale. Il s’est rendu dans la vallée de la Kafubu à KANSEBULA dans la maison de formation où il a été en retraite avec ses confrères salésiens de Don Bosco. C’était pour lui un moment de se ressourcer à partir de ses racines comme homme de foi et homme de Dieu en vivant cette dimension profonde d’écoute et de méditation a-t-il dit. Dans sa paroisse Notre Dame de la Paix de la cité Gécamines, la joie était grande en rencontrant les jeunes et même en ayant des moments de partage avec eux, étant donné qu’il était avec eux chaque jour à la messe matinale. Il a même lâché en disant que les jeunes au Congo se préoccupent beaucoup de leurs marches avec Dieu pendant que ceux du Mozambique semblent être trop influencés par le modernisme. Même si par ailleurs les jeunes sont les mêmes. Comme cadeau à donner aux jeunes, le Père André nous a confié qu’un salésien ne peut donner qu’un témoignage de passion pour le salut des jeunes. Il a fait l’expérience en vivant en présence de Dieu en se laissant vivre et guidé par l’Esprit de Saint. Il a terminé son propos en invitant le Salésien de Don Bosco à aimer et à s’engager dans la voie de mission ad extra, évidemment pour faire cette riche expérience d’être pères et frères universels.


Fungurume, R.D. Congo - août 2019 - Le 31 août se sont cloturées les activités d'été des jeunes de Tenke et FUngurume, dans l'archidiocèse de Lubumbashi. Pendant deux mois, les activités ludiques, de formation et de prières ont été animés par les animateurs formés par les Salésiens et tous les jeunes ont montré leur satisfaction par les moments vécus dans un esprit de famille, dans le style de Don Bosco. Le P. Albert Kabuge, Supérieur de la Province d'Afrique Centrale (AFC), accompagné par d'autres Salèsiens, a présidé la cérémonie de la remise des prix aux jeunes, auxquels on a aussi donné des T.shirt et des ballons.


(ANS - Goma) - La République démocratique du Congo lutte contre une nouvelle épidémie d'Ebola depuis plus d'un an. Depuis le 1er août 2018, plus de 2 700 personnes ont été touchées par Ebola et plus de 1 800 en sont mortes. Bien que les autorités et les agents de santé travaillent sans relâche et parlent de contrôle, la population n'est toujours pas consciente des véritables conséquences de cette maladie. "Le 18 juillet, le premier cas d'Ebola a été confirmé à Goma, l'une des villes les plus peuplées de la RD Congo et l'alarme s'est immédiatement déclenchée ", expliquent les missionnaires salésiens qui travaillent dans la ville. C'était un homme de 46 ans. Depuis lors, il y a eu sept cas positifs d'Ebola à Goma et la routine de la ville n'a guère changé. "Malgré les efforts du ministère de la Santé et les mesures préventives en place, la population ne se conforme pas aux directives et ne croit pas en ce qui se passe", ajoutent-ils. Les missionnaires avertissent : "Ils ne croient pas les explications du personnel de santé et ne tiennent pas compte des mesures préventives qui leur sont proposées". Au centre de jeunes Don Bosco Ngangi et à l'école technique où travaillent les Salésiens, les responsables s'assurent que les enfants et les jeunes qui viennent chaque jour se portent bien. "Cependant, nous sommes préoccupés par ce qui se passe à l'extérieur de nos portes. Nous sommes tous en contact avec les gens de la ville, avec les enfants et les jeunes, avec leurs familles, avec les employés.... Nous ne pouvons pas vérifier que des mesures préventives y sont appliquées ", expliquent-ils depuis Goma. "Dans certains cas, parce qu'ils n'y croient pas, dans d'autres, parce qu'ils se lavent tous avec le même savon et dans la même baignoire, et dans d'autres encore, parce que les familles n'ont pas les moyens d'acheter des désinfectants ", continuent-ils. Le virus Ebola s'est largement répandu dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri, où il reste hors de contrôle : 2 850 infections et 1 913 décès dus au virus Ebola y ont été enregistrés. Les autorités du pays ont confirmé qu'une mère et son enfant de sept mois ont été testés positifs au virus Ebola à Mwenga, province du Sud-Kivu, ce qui suscite des inquiétudes quant au risque d'expansion internationale, en raison de sa proximité avec des pays comme le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie. Il s'agit de l'épidémie d'Ebola la plus meurtrière dans ce pays africain et la deuxième plus meurtrière au monde. La peur augmente dans les centres salésiens de Goma, car en septembre, les portes des centres éducatifs rouvriront à des centaines d'enfants et de jeunes.


C'est ce Samedi 31 Août 2019 que la clôture de la pleine de jeux de cette édition 2019 est intervenue dans la cité de Fungurume. Ce sont les jeunes de Tenke et de Fungurume qui étaient présents à cette manifestation, qui a eu lieu dans le complexe sportif de Fungurume. Le provincial des salésiens de Don Bosco en AFC le père Albert Kitungwa Kabuge était personnellement dans la tribune en compagnie du père Emmanuel Salumu, Sdb chargé du mouvement Tujenge, qui aura aussi à assurer la charge de conduire la pastorale des jeunes de l'Archidiocèse de Lubumbashi. Le père curé de la Paroisse Saint Jacques de Fungurume, paroisse qui a toujours accueilli les Sdb pour encadrer les jeunes du mouvement Tujenge. Le père Donatien Mambepa de l'animation missionnaire en AFC. En ce jour Il n'y a eu que les matchs au niveau des minimes, des cadets, des juniors que ce soit chez les garçons que chez les filles. La phase finale à ces catégories a été sanctionnée par là remise de coupes. Comme il en est de coutume chez dans la cour de Don Bosco, la danse était au rendez-vous et les acrobates ont été pour beaucoup dans la joie parmi la population de cette partie de la province ecclésiastique de Lubumbashi. Reportage David Kabongo de la Colombe pour la Commission de Communication sociale en AFC.


MUFUNGA-SAMPWE

écrit par la communaute Provincialat - AFC, Le 24/08/2019 à 04h19.

un camp pas comme tous les autres. Certainement ce fut la cinquième édition, bien évidemment après Kasenga, Mokambo, Sakania et Mwadingusha respectivement en 2015, 2016, 2017 et 2018 pour 2019 la philosophie et souplesse Salésienne nous a rendu fou pour ce camp. Un terme ou un slogan, c'était un camp itinérant. La mobilité missionnaire c'est à dire comme au paravent le poste de mission était constitué d'emblait. Chaque jour les missionnaires se rendaient à d'autre lieu puis ils retournaient au poste se mission. Pour cette fois-ci il fallait y dormir et passer des jours. Ce notamment MUFUNGA 3 jours et Kyubo 3 jours. Ce changement de lieu est un exercice missionnaire très fondamental dans la vie des jeunes Nous avons aussi plus accentué l'aspect du tourisme missionnaire, des découvertes des merveilles du seigneur, la grandeur de sa bonté et l'immensité de sa richesse en occurrence les plateaux de Kundelungu, les différentes chutes de plus ou moins 200m naturelle( Les chutes Lofoi) et les chutes de Kyubo du rocher de plateau. Avec plus moins 120 participants y compris les prêtres, les théologiens( salésiens et diocésains) les habitants locaux et les jeunes Missionnaires Le camp a commencé du 04 au 10 août 2019 Avec une grande visite de la chefferie de Bunkeya ainsi que Likasi Le camp c'est bien passé sous thème :" sans le savoir ils ont accueillis les anges"