Le Révérend Père Provincial de l’AFC en visite canonique au Centre des jeunes Don Bosco Ngangi. Dans son adresse aux élèves de l’Institut Don Bosco Ngangi, ce jeudi 10/12/2020, le Père Provincial a invité tous les jeunes à être Missionnaires 24h/24. En outre, il les a exhortés à voir Jésus Christ en l’autre. Après le mot du matin aux jeunes élèves, le Père Albert Kabuge a tenu le mot du matin pour le personnel du centre, secteurs confondus, à qui il adressé un message d’encouragement tout en les invitant à être des protagonistes de leur développement. « Notre maison ne sera pas construite par quelqu’un d’autre, elle le sera par nos propres efforts », a-t-il martelé.


Samedi 05/12/2020. Profession des vœux perpétuels de Mademoiselle Scolastique Feza, Volontaire de Don Bosco(VDB), au centre des jeunes Don Bosco Ngangi. Devant les hommes et devant Dieu, la professe a émis les vœux de pauvreté et de chasteté. Toute la famille salésienne présente à cette messe a félicité l’heureuse professe et lui a souhaité joie et bonheur dans l’accomplissement de son apostolat.


VISITE CANONIQUE DU PROVINCIAL A KIPUSHYA

écrit par la communaute Kipushya, Le 17/11/2020 à 10h33.

Arrivée à Kipushya depuis le Mercredi 11 Novembre 2020 pour sa visite canonique, le père Albert KABUGE, provincial des Salésiens de Don Bosco en AFC a tenu le mot du soir devant les jeunes élèves de l’institut Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus internés par les Salésiens de la communauté deKipushya dans l’internat construit pour eux pour leur assurer un encadrement adéquat susceptible de leur donner la possibilité de prendre en charge la vie de leur communauté...

En présentant la figure du Bienheureux Carlo ACUTIS, le provincial a invité ces jeunes internes à imiter cet autre jeune italien de 15 ans qui a découvert la voie de Dieu dans l’eucharistie et qu’il a communiqué par les réseaux sociaux.

Il a souhaité que parmi eux qu’il puisse y avoir des futurs cadres dans les institutions politico-administratives, religieuses, notamment, dans notre pays.

Il leur a signifié qu’ils ont intérêt à étudier en jouant au tout pour le tout ; sans esprit de vivre en faisant des essais ni étudier avec négligence mais en se dépensant corps et âme, comme ils le font déjà étant dans cet internat.

Ces jeunes apprennent à se prendre en charge la nuit et même le jour du côté discipline en respectant l’horaire tracé. Un programme est établi avec un responsable choisi parmi eux-mêmes pour le faire respecter.

Sans nul doute, il y a toujours les stagiaires salésiens tels Fidèle et Kasereka qui les accompagnent sous la grande responsabilité des pères.

Signalons que sur le tronçon Sakania-Kipushya de nombreux villages n’ont pas d’école et il y a des enfants qui sont largement abandonnés à leur triste sort.

Le père Albert s’est imprégné de ces multiples cas et a insisté sur le sérieux dans l’engagement comme élèves…maintenant que ceux-là sont aux études et internés dans la mission.

Qui sait que parmi ces enfants négligés aujourd’hui proviendront ceux qui auront une certaine responsabilité dans notre pays.

C’est ainsi que devant les élèves de l’école Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus au matin du jeudi 12 Novembre 2020, le père Albert a raconté l’histoire du « vieux maçon » dans laquelle la leçon donnée aux élèves est que la charge qui est confiée àquelqu’un est à remplir avec conscience et responsabilité puisque le grand bénéficiaire est toujours celui à qui la tache a été confiée.

L’institut Kipushya Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus travaille avec comme mot-maitre « inkito mutima » ce qui se traduit en français par travailler en ayant le cœur à l’ouvrage. Une façon d’encourager les élèves à avoir la motivation bien fondée et gonflée dans ce qu’ils font.

Répondre à sa responsabilité avec courage et amour.

Le père Frédéric Verpoest est directeur de la communauté et curé à Kakielo, village situé à plus de 10km de Kipushya. Le père Antonio Perego est préfet de l’institut et curé de la paroisse Sainte Thérèse.

Le père Faustin kaseba prend une part importante dans la gestion de la paroisse. C’est lui en effet qui prend en charge les communautés ecclésiales vivantes et qui s’est toujours rendu dans les villages des environs pour accompagner les chrétiens. 

Les chrétiens de cette paroisse ont réservé un accueil-surprise au provincial lui qui auparavant a eu le temps de visiter la chorale paroissiale pendant la séance de répétition.

En outre, le père provincial a surpris les parents du père EfremKISENGA, missionnaire salésien de la République Démocratique du Congo en Chine pour leur assurer de la proximité de la province Afc dans la vie.

Etant dans la visite canonique, Il a eu à parler avec chacun de ces confrères et c’est au soir du vendredi 13 Novembre 2020 que les conclusions sont intervenues.

Pendant que certains pays en dehors de notre continent, Afrique, passent par une deuxième vague de la pandémie à corona virus, dans certains coins du monde comme c’est le cas dans notre chère RDC dans sa botte de kipushya, il y a des gens qui ne sont même pas informés de l’existence de la maladie. Pour eux, c’est un colonel virus très méchant et sans pitié qui tue les gens.

Voulant savoir si c’est une réalité historique la sœur Justine de la congrégation des sœurs de charité de Jésus et Marie nous a confirmé les faits, original, et à son niveau étant infirmière au centre de santé Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, elle s’est attelée à expliquer à partir du centre et même en dehors que ce n’est pas un colonel Virus mais que c’est la maladie corona pour que cette population comprenne que c’est une situation qui frappe le monde et notre pays est aussi passée par là…pour prendre plus de conscience quant à cela.

Et du coup les gestes barrières sont inexistants. Les gens se saluent comme avant par les mains.

Dans la messe célébrée ce matin du Samedi 15 Novembre 2020 le père Albert Kabuge a exhorté les jeunes internes et les chrétiens de la paroisse qu’ils sont appelés à porter une main secourable aux missionnaires surtout dans leurs besoins vitaux car ils ont quitté leurs pays et leurs conforts pour la mission.

Ils doivent être relayés par nous autres congolais ou africains.

Le père Frédéric Verpoest, directeur de la mission salésienne de kipushya a béni la route du provincial et sa délégation pour le retour à Sakania.


visite canonique dans la botte

écrit par la communaute Sakania, Le 17/11/2020 à 10h29.

C’est depuis ce Dimanche 08 Novembre 2020 que le père Albert KITUNGWA, provincial des Salésiens de Don Bosco en AFC Maria Assunta a commencé une série de visite canonique dans la botte. Il a fait son premier arrêt dans la communauté de la mission de Sakania à la Paroisse Saint Dominique Savio où le père Deo est curé et directeur de la communauté salésienne.

Comme on pouvait s’y attendre c’est déjà le matin par la prière que le Salésien de Don Bosco commence sa journée pour avoir plus de force. Après la messe célébrée par le provincial, Il s’est rendu par la suite à l’école Busandulushi où il a animé le mot du matin pendant lequel il a présenté la figure de Saint Jean Bosco en rappelant qu’il avait réalisé la première expédition missionnaire en personne en 1875 au mois de Novembre le 11. 

Avant de dire aux élèves que c’est un mois très important pour la province salésienne d’Afrique Centrale Maria Assunta qui a vu les premiers missionnaires arrivés au Congo le 11 Novembre 1911 en exagérant bien évidemment avec joie que c’était à 11 heures. Et que c’est par Sakania que ses  premiers missionnaires sont entrés au Congo.

Pour les SDB présents à Sakania plusieurs défis sont à relever dont les principaux sont l’EDUCATION ET L’EAU. 

Le père Deo est curé de la Paroisse saint Dominique Savio et tous les SDB prêtres sont vicaires : le père Paulin est le premier vicaire, le père Dieudonné Sande est le deuxième et le père Kizito est le troisième vicaire.

Au niveau de la communauté le père Deo est directeur, le père Paulin LONGWA est son vicaire et le père Dieudonné Sandeest économe.

Tous sont professeurs à l’école Busandulushi où le père Paulin LONGWA est préfet. Cette école a été fondée en 1961, elle se prépare à célébrer 60 ans d’existence cette année.

La grande préoccupation des Salésiens de Don Bosco est d’assurer l’éducation. Cette éducation consiste en un usage des moyens propres avec ses propres méthodes qui sont très efficaces pour faire parvenir la personne humaine à la transformation. 

Comment faire parvenir l’enfant de Sakania au développement des facultés intellectuelles, morales et physiques pour qu’il soit délivré de l’ignorance ? comment l’éduquer ?

Le problème est là : Seuls les parents qui travaillent dans les mines ont la possibilité de faire scolariser leurs enfants et c’est généralement ceux qui proviennent des centres urbains pour la plus part.

Ils sont face à la grande majorité de la population autochtone de Sakania qui a comme activité principale « le champ » ce qui fait que les enfants accompagnent à certaines périodes culturales leurs parents au champ pendant que l’école a besoin d’eux. Comment envoyer les enfants alors que non seulement les moyens font défaut car leurs activités ne leur procurent pas les moyens suffisants susceptibles de scolariser leurs enfants et que surtout les parents n’en font pas leurs soucis majeurs.

Le père Albert a échangé avec le comité des parents

C’est ici que l’on se questionne.

Pour le père Dieudonné SANDE, économe, l’enjeu est de taille. Comment en effet vouloir enseigner celui qui est disposé à être absent. Et d’ajouter quand les enfants ne sont pas au champ, ils sont chaque jour dans des points où l’eau est servie pour servir de transporteurs.

Pour le père directeur de la communauté, Don Bosco à Sakania, le père Deo, le défi de l’eau est susceptible d’être coulé en projet pour résoudre la chaine des questions ainsi posées.

Il a souligné qu’une entreprise minière aide la mission en eau tant soit peu (non potable) pour les services de la maison. Lorsque la mission n’a pas de l’eau potable normalement et comme c’est le cas depuis quelque temps la communauté en bénéficiant de la générosité de cette entreprise minière a toujours rendue cette eau potable par des procédés chimiques.Un peu de chlore. Que dire de la population ?

Et au père Deo d’ajouter...et pourtant si le camion vient approvisionner en eau la mission c’est des bidons jaune qui accourent à la mission. Et à l’abbé Clément stagiaire de lâcher imaginez-vous que par moment Il n’y en a pas même à la mission. Le spectacle est désolant.

Le père Deo a loué le bénévolat d’un chrétien de la paroisse qui a une sous-traitance dans une entreprise minière qui s’est engagé à voler au secours de la mission et partant à une grande partie de la population de Sakania.

Ce sont ces deux qui rendent vivable la vie à Sakania.

Ne dit-on pas que l’eau c’est la vie.

Pour le père provincial Albert Kabuge ce geste de ce chrétien est fort louable et est à placer parmi les donateurs locaux.

Pour le provincial beaucoup de choses se réalisent à Sakaniala grotte mariale Notre Dame de Lourdes « Immaculée Conception », le projet pour le préfet de Busandulushi le père Paulin LONGWA de clôturer l’école afin de bien protéger les élèves…. Ces difficultés sont loin de décourager cet élan missionnaire.

En tant que Fils d’un « rêveur » « Saint jean Bosco » il est bon d’y construire une Cité Des Jeunes de Sakania, et monter un projet de la construction pourquoi pas d’un internat sur la grande surface de la concession. Une concession de plus de 44 hectares que les Salésiens n’occupent   que le 1/5 de sa surface.

C’est dans la grotte Notre Dame de Lourdes que le Don Bosco en Afc le père Albert KITUNGWA a eu à consacrer toute cette situation de la mission salésienne dans la botte à Sakania entre les mains de la Vierge Marie, Auxiliatrice de tous les chrétiens.

Etant en visite canonique dans la botte il a rencontré ses confrères déjà au soir de son arrivée, le mardi 10 Novembre 2020 ils se sont retrouvés pour les conclusions.

Dans la messe célébrée ce 11 Novembre 2020 le provincial très heureux d’être à la porte d’entrée des premiers missionnaires salésiens au congo a demandé aux chrétiens de la paroisse Saint Dominique Savio d’avoir la culture de dire merci comme l’un des dix lépreux guéris par Jésus. Ils sont nombreux ces élèves qui ont toujours besoin de la prière mais une fois ils réussissent ils vont dans des bars et boites de nuit pour « fêter » comme nous devons dire merci aux premiers missionnaires et continuer cette belle œuvre d’évangélisation. 

C’est la première étape de visite.


Remise des brevets aux jeunes de la commission de communication sociale le 08 novembre à la ferme jacaranda. Avant toute chose, une messe d'action de grâce dite par le Directeur Général de la Radio don bosco et vicaire de la province salésienne d'Afrique Centrale Maria Assunta le Donatien Banze. C'est madame Immaculée Bagabe Batete, commissaire en chat de de culture et art en province du haut-katanga qui a remis les brevets aux jeunes. 15 jeunes ont constitués les brevetés de l'année 2019-2020.