La maison  salésienne de formation en philosophie Kansebula a reçu le jeudi 25 septembre la visite d’une délégation de la communication sociale de la province d’Afrique Centrale Maria Asunta constituée de Nelly Mwange déléguée provinciale de la communication sociale, de Gaëtan Lwamba responsable du site de la province et du répondant de la commission au conseil provincial le Père Lambert Malungu.

L’objectif de cette visite était de saluer et de stimuler le membre de cette maison de formation à collaborer activement pour le bon déroulement du travail. La délegation a rencontré tour à tour le Directeur de la maison le père Daniel Mafuta, le chargé de la catéchèse pour le centre la colombe le père Jonas Yav, le chargé de communication dans la maison le père Paulin, le Directeur Général de l’institut le père Dieudonné Besa et le secrétaire général académique le père Patrick Mpama.

Nelly Mw.B



       Ce 25ieme dimanche du temps ordinaire de l'année liturgique C, Son Excellence Monseigneur l'archevêque de Lubumbashi, Mgr Jean-Pierre Tafunga a dit la messe d'ouverture de l'année pastorale 2019-2020 au domaine mariale à Lubumbashi. Dans son homélie, tirée de l'évangile de Jésus-Christ selon st Luc (16, 1-13), il a exhorté les fidèles à ne pas prendre l'argent comme un maître, mais comme un serviteur pour mieux servir Dieu et son prochain. 
 Toujours dans son homélie, son excellence Monseigneur l'archevêque a lancé le thème de l'année pastorale, 2019-2020: « Nous sommes Corps du Christ, chacun pour sa part, Nous sommes membres de ce Corps (cf. 1Co 12, 27 ) pour édifier l'Église-famille de Dieu ». De part ce thème, l'archevêque exhorte tous les baptisés de prendre conscience qu'ils sont tous utiles et nécessaires dans l'Église et pour l'Église, chacun selon son état de vie propre. Tous assidus donc à la parole de Dieu et à la fraction du pain, l'Église les envoie en mission aux près des plus démunis. 
                                   Nasaire Muloko, Sdb.



Le supérieur Régional pour l’Afrique et Madagascar le Père Americo Chaquisse est en visite extraordinaire du 17 aout au 27 novembre 2019 en République Démocratique du Congo. Le visiteur a été accueilli dans la partie Est du pays depuis du 2 au 20 Septembre. Bravant les menaces de la maladie à virus Ebola qui sévit au Kivu, il a sillonné ainsi collines et vallées pour réconforter ses confrères au nom du Recteur Majeur et pour tâter du doigt ce que le Seigneur réalise dans cette partie de la province salésienne Maria Assunta (AFC). De Bukavu, Nyakadaka, Uvira, Goma, jusqu’à Shasha, le Supérieur Régional pour chaque visite a rencontré les Salésiens et les différents membres de la famille Salésienne. « La visite extraordinaire est un moment de joie et de fête », aimait répéter le Père Régional. Partageant la vie des communautés, l'appartenance à une communauté mondiale s'est fait sentir. 

Dans son agenda, le Supérieur Régional a rendu visite aux différentes autorités ecclésiastiques du diocèse de Goma, de Bukavu et d’Uvira. 

Pour renforcer les sens d'appartenance à la famille salésienne, en date du 17 Septembre 2019, le Supérieur régional s'est entretenu avec les parents des confrères originaires de Goma. Après un moment de prière simple mais profonde avec les parents, Père Americo leur a présenté la figure de Don Bosco et sa mission. « Don Bosco a défendu la cause de jeunes pauvres pour leur donner voix dans la société et dans l'Église ; vous avez donné vos enfants à l'Église, sachez que quand un enfant part pour servir l'Église, le Seigneur prend sa place dans la famille », avait dit le Supérieur.  Sourire aux lèvres, les parents au nombre de 32 ont exprimé leur joie et remerciement pour cette rencontre en demandant au Supérieur de convier les salutations à leurs enfants œuvrant dans la vigne du Seigneur et dispersés ici et là.  

Animé d’un élan missionnaire et d’un esprit d’ouverture, le Régional a fait une visite de prospection à Rutshuru, à 70 km de la ville de Goma dans la Province du Nord Kivu où les Salésiens ne sont pas présents. Depuis 1994, le territoire de Rutshuru est le théâtre de plusieurs atrocités et conflits entre différents groupes de population locale.  Dans ce territoire de plus d'un demi-million de population, l'Église locale y développe un apostolat pour les pauvres et avec les pauvres.  Les groupes armés depuis plus de 25 ans y font la loi. Les jeunes représenteraient 70 % de la population. Depuis 2016, les Salésiens de Don Bosco y ont acquis un terrain de cinq hectares.  Il sied de préciser que ce territoire a été généreux pour les vocations salésiennes : Dix confrères Salésiens proviennent de cette zone. 

Les séquelles de la guerre restent palpables : à chaque 500 mètres, il y a une petite maison de fortune où les militaires de l'armée nationale assurent la sécurité. 

Rappelons que L'Est de la République Démocratique du Congo compte quatre communautés érigées canoniquement et trois autres présences qui ne sont pas encore canoniquement érigées. Trente Salésiens de Don Bosco sont au service de la jeunesse pauvre et abandonnée dans cette partie Est de la République Démocratique du Congo.  Plus de 8000 jeunes sont bénéficiaires du travail louable des Salésiens. Trente-neuf ans d'histoire, les fils de Don Bosco au cours des années ne cessent de partager leur expérience de la rencontre avec le Seigneur aux jeunes.


Samedi 21 septembre 2019, la journée était ensoleillée au Collège Saint François de Sales Imara de Lubumbashi. C’était le jour de la messe à l’Esprit Saint, une occasion de consacrer l’année scolaire, les élèves et le corps professoral ainsi que tous les collaborateurs du collège entre les mains de Dieu. 

Tel un nouveau Paul appelant à la conversion, la Père Emmanuel Salumu qui a présidé la célébration a insisté sur les valeurs humaines et chrétiennes que l’on devrait retrouver au Collège Imara. Un accent particulier placé sur le sens de la solidarité.

« Nous devons être tous humbles en reconnaissant ce que vaut chacun d’entre nous pour bâtir ensemble notre collège. Cultivons l’amitié, soyons fraternels et développons l’esprit du service dans la collaboration », a enseigné le célébrant.

Les enseignant et les parents, les élèves et autres collaborateurs du Collège Imara savent désormais qu’ils sont une famille doit régner l’amitié. C’est d’ailleurs l’invitation qui a été lancée de la messe. « Le collège est une famille où tous devons collaborer dans l’amour. Il nous faut de l’ouverture d’esprit, de la fraternité, de la générosité, et du respect mutuel pour élever notre collège car nous devons réussir ensemble ».

L’occasion était belle et particulière

Cette journée aura été remarquable. Pour la première fois depuis des décennies, une délégation des finalistes de l’année scolaire 2018-2019 sont venus accompagner leur collège dans sa messe à l’Esprit. Mais mieux qu’un accompagnement, ils sont venus dire leur reconnaissance à leur alma mater. Chèvres et boissons ont été offertes au corps enseignant en signe de gratitude.

« Nous sommes venus dire MERCI. Merci de nous avoir encadrés, formés et orientés du début à la fin de notre parcours », a déclaré le porte-parole des finalistes de l’année passée, avant de souhaiter une heureuse année à leurs successeurs. « Chers élèves, anciens, nouveaux et finalistes de cette année, nous vous laissons ce grand collège qui fera pour vous ce qu’il a fait pour nous. Nous vous souhaitons une heureuse année et bien des succès que nous ne l’avons fait ».

Ainsi a été lancée la nouvelle année pastorale dans ce collège salésien de la ville de Lubumbashi au Sud-Est de la RDC. En même temps, plusieurs institutions salésiennes du lieu ont procédé à la même cérémonie.

Fidèle Bwirhonde


 
Le Régional de l'Afrique et Madagascar, le Révérend P, Americo Ciaquisse a célébré au Theologicum la messe à l'Esprit-Saint au cours de laquelle il a exhorté les étudiants et tout le corps professoral à travailler dans la communion, l'unité ; fruits de L'Esprit Saint.
 Après la messe, s'en est suivie la séance académique dans la grande salle du Theologicum. Avant de déclarer cette année académique ouverte par le Père Régional, le nouveau Directeur Général de lnstitut, le Révérend Père Placide Mukundi, dans son mot de circonstance, a invité l'assemblée à cultiver le sens de corresponsabilité et d'appartenance pour la mission que l'Église et la congrégation salésienne confient à tout un chacun pour que soit développées les capacités intellectuelles pour une juste pratique des notions théologiques dans la vie quotidienne : «Faire de la théologie aujourd'hui à la lumière du Pape François; une théologie qui sait lire les signes de temps, une théologie contextuelle ». 
Tout est donc parti pour cette année académique 2019-2020!